Ivo Livi connu sous le nom de scène de Yves Montand est né le 13 Octobre 1921 à Monsummano Terme en Italie. Il naît un an avant l’arrivée au pouvoir de Benito Mussolini et la mise en place du régime fasciste. Il est le dernier d’une fratrie de trois enfants. Il est issu d’une famille ouvrière et militante, qu’il vénérera toute sa vie, et qui lui transmet son attachement pour le communisme.

En 1923, Ivo n’a que deux ans lorsque sa famille fuit l’Italie et migre vers la France. Ils s’installent dans un quartier pauvre de Marseille. Son enfance à été compliqué considérer comme un « immigré rital » c’est à cette époque qu’il se passionnera pour le cinéma et notamment pour les comédies musicales américaines en particulier celles de son idole Fred Astaire et ses numéros de claquettes.

Par décret du 20 janvier 1929, la famille Livi obtient la nationalité française et Ivo devient Yves.

A onze ans il falsifie ses papiers pour se faire engager dans une fabrique de pâtes car la loi interdit de travailler avant l’âge de quatorze ans. Il sera livreur, vendeur dans une confiserie, avant d’être prit comme apprenti dans un salon de coiffure pour dames, il passera avec succès un CAP de coiffeur.

En 1938, à l’âge de dix-sept ans, Yves Livi décroche une place de « Chauffeur de Salle » dans un cabaret de music-hall de Marseille. Il participera à un spectacle dont la première partie accueille des débutants. Il chante Trenet « C’est la vie », « Boum », « Chevalier », « On est comme on est » et se livre à des imitations de Fernandel et de personnages de Walt Disney.

L’organisateur le prend sous son aile et lui conseille de se trouver un nom de scène. Yves Livi devient Yves Montand pseudonyme choisi en souvenir de sa mère, en effet par un mélange d’italien et de français, elle lui disait afin qu’il monte à leur appartement « Ivo Monta ».

Il travaille son jeu de scène avec Francis Trottebas alias Berlingot et prend des cours de chant avec Marguerite Francellli à partir de l’été 1937.

Au début des années 1940, son nom attire le public, Montant ambitionne alors de passer à l’Alcazar de Marseille. Pour cela il a besoin d’un répertoire original. Hubert Melone alias Charles Humel, un auteur compositeur aveugle, lui écrit deux chansons : Y’a du swing partout, qu’il n’enregistrera jamais et Dans Les plaines du Far West qui sera son premier vrai succès.

Le 21 Juin 1939, il est sur la scène de l’Alcazar le public est conquis par son tour de chant qu’il mêle aux reprises des créations originales.

Il se reproduira une deuxième fois à L’Alcazar et obtient un triomphe. Il se fera remarquer par le producteur Emile Audiffred qui prendra en charge sa carrière. Il le fera chanter à Lyon en première partie de Rina Ketty. A Marseille il obtient un nouveau succès avec son passage au Théâtre de l’Odéon. Il chantera à Aix, Nice, Toulon…

Emile Audiffred monte la revue Un soir de Folie donc Yves est la vedette.

Envoyé aux chantiers de la jeunesse crées par Vichy, il y reste presque une année durant, puis reprend la scène. Pendant cette période, malgré l’occupation il gagne assez bien sa vie, mais doit régulièrement mais doit régulièrement prouver que son nom Livi ne dissimule pas en fait celui de Lévy. Risquant enfin d’être envoyé en Allemagne afin d’éviter le service du travail obligatoire, il décide en accord avec Emile Audiffred de partir pour Paris.

En 1944, Montant fera fin juillet la première partie d’Edith Piaf. Cette rencontre est décisive, car il est désormais soutenu par la déjà célèbre chanteuse et ses conseils avisés sur le métier et la vie d’artiste.

Piaf lui apporte la reconnaissance d’un public élargi et le présente à de nombreux futurs collaborateurs : Loulou Gasté, Jean Guigo, Henri Content, Louiguy, Marguerite Monnot, Phillipe Gérard… Une idylle naît, mais ils doivent s’aimer en secret car Edith Piaf est alors la maîtresse d’Henri Contet.

En 1945, au théâtre de l’Etoile une fois encore en première partie d’Edith Piaf, laquelle lui a écrit plusieurs chansons, notamment Elle a … qui obtient du succès.

La même année il débute au cinéma dans Etoile sans Lumières de Marcel Blistène avec Edith Piaf en vedette.

En 1946 il obtient un succès d’estime avec Les Portes De La Nuit de Marcel Carné qui est un échec critique et commercial.

En 1946, Edith Piaf et Yves se séparent à l’initiative de Piaf qui juge que le talent de Montand lui fait quelque peu de l’ombre.

En 1948, son producteur Emile Audiffred meurt prématurément. Prévert lui fait découvrir la Colombe D’Or, une auberge de Saint-Paul-De-Vence. Il y devient un habitué et rencontre Simone Signoret. C’est un coup de foudre, ils ne se quittent plus. L’actrice met un temps sa carrière entre parenthèses et après son divorce avec le réalisateur Yves Allégret de leur union est née Catherine Allégret. Ils vivent place Dauphine.

En mars 1951, le chanteur triomphe avec un tour de chant de vingt-deux-chansons qui marque l’histoire du music-hall et influencera nombre de chanteurs qui s’essayeront au One-Man-Show.

En 1953, ce tour de chant restera à l’affiche à l’Etoile pendant 8 mois à guichets fermés, un record, et ce sera le premier double 33 T enregistré en live qui reste une leçon de music-hall toujours exemplaire.

Le 22 décembre 1951, Simone Signoret et Yves Montand se marient à la mairie de Saint-Paul-De-Vence et deviennent l’un des couples français les plus en vogue du monde du spectacle.

En 1953, Montant avec le film d’Henri Georges Clouzot Le Salaire de La Peur, obtient son premier rôle marquant au cinéma. Cette année là le film obtient Le Grand Prix du Festival de Cannes.

En 1955, Yves Montant Et Simone Signoret se produisent au théâtre avec la pièce Les Sorcières de Salem de l’écrivain Arthur Mille dans une mise en scène de Raymond Rouleau. Le succès est tel que les représentations durent jusqu’à Noël 1955.

En 1959, il est engagé par la producteur Norman Granz, il partira pour les Etats-Unis où il se produira à New York à Broadway durant trois semaines. Le soir de la première il est applaudi par de nombreuses célébrités : Montgomery Clift, Laurence Bacall, Ingrid Bergman et Marilyn Monroe. Le chanteur triomphe et chantera par la suite à Hollywood, San Francisco et Montréal.

A cette époque il danse à la télévision avec Dinah Shore, et c’est grâce à cette apparition sur la chaîne NBC qu’il se voit proposer un rôle dans le film Le Milliardaire de George Cukor avec Marilyn Monroe.

En janvier 1960, Signoret et Montant au Beverly Hills Hotel de Los Angeles sympathisent avec leurs voisins Arthur Miller et Marilyn Monroe, alors époux à la ville. En Avril 1960 Signoret reçoit l’Oscar de La Meilleure Actrice pour son interprétation dans Les Chemins de La Haute Ville de Jack Clayton, puis part à Rome pour un prochain tournage.

A partir de 1964 il se consacre presque exclusivement à sa carrière d’acteur et ne reviendra à la scène que de façon épisodique. C’est à partir de 1965 qu’il s’impose définitivement au cinéma. Sa rencontre avec Costa-Gavras, avec qui il tournera dans Compartiments Tueurs en est la clef de voûte. Il tournera avec Alain Resnais, René Clément, Claude Lelouch, Philippe De Broca, Jean-Pierre Melville, Gérard Oury, Jean-Luc Godard et deviendra l’un des acteurs fétiches de Claude Sautet avec qui il tourne trois films.

En 1968, Yves Montand redevient chanteur, le temps de se produire à l’Olympia, il crée la Bicyclette et Mon Frère

En 1981, il signe son grand retour à la chanson et à la scène, il enregistre l’album Montand d’hier et d’aujourd’hui et triomphe sur scène à l’Olympia à guichets fermés trois mois durant. Il entame une tournée mondiale, qui le conduit au Brésil, Aux Etats-Unis, Au Canada, et au Japon.

Le 30 septembre 1985 alors qu’il tourne le film Jean de La Florette et Manon Des Sources de Claude Berri d’après Marcel Pagnol, Simone Signoret meurt d’un cancer du pancréas à l’âge de soixante-quatre ans.

En 1989, il préside le jury du Festival International du film de Tokyo.

La dernière compagne d’Yves Montand sera Carole Amiel, son assistante sur la tournée de 1982, avec qui il entretenait déjà une liaison au moment où disparaissait Signoret. Avec elle, il a son seul enfant Valentin né le 31 décembre 1988.

Il tourne encore trois films : Trois places pour le 26 de Jacques Demy, Netchaïev est de retour de Jacques Deray, et IP5 de Jean Jacques Beineix.

Le 9 novembre 1991, Yves Montand meurt d’un infarctus du Myocarde à l’âge de 70 ans, le lendemain du dernier jour de tournage du film IP5 de Jean Jacques Beineix ; L’acteur ambitionnait de faire sa rentrée sur la scène de Bercy au printemps 1992.