Thomas Dutronc est né à Paris le 16 juin 1973.

Depuis son enfance, il est bercé par la musique grâce à son père Jacques Dutronc et sa mère Françoise Hardy, deux grandes icônes de la chanson française.

Enfant, c’est un étudiant modèle, il décroche son bac C à 17 ans avec la mention très bien. Passionné par Django Reinhardt, il se font dans le public de La Chope Des Puces, incontournable endroit du jazz manouche à Paris tenu par Mondine et Ninine Garcia, où il passe beaucoup de temps à écouter et regarder jouer les grands guitaristes du style.

Il se mettra alors à jouer seul, son père lui offrira alors la Selmer n°566, guitare que Django Reinhardt lui-même avait donné au Comte de Paris. Très vite, il est repéré par Romane qui lui enseignera les rudiments du swing.

En 1995, Thomas Dutronc écrit plusieurs textes et joue un titre sur l’album de son père, Brèves rencontres.

L’année suivante, il joue sur l’album de son professeur Romane, Ombre et renouvelle l’expérience en 1998 à Samois-sur-Seine.

A cette période, il écrit pour Norman Gaby, le fils de Franck Langolff. Des collaborations, il n’en fera pas qu’en musique, puisqu’il approchera le monde du cinéma. En 1999, on le retrouve en tant que comédien dans le film de Valérie Lemercier, Le Derrière.

En 2000, il commence à être reconnu pour son parcours personnel, et comme très bon guitariste de jazz. Cette année là il collaborera avec les plus grands guitaristes de Swing Gitan, Tchavolo Schmitt sur son album Alors…Voilà !

Il écrira par la suite pour Henri Salvador la chanson Mademoiselle. En 2001, Thomas Dutronc revient au cinéma dans le film D’Agnès Soral, Confession d’un dragueur

En 2002, c’est Biréli Lagrène qui a été convaincu de son talent de guitariste et l’invita à jouer sur le titre « Ma première Guitare » de Sacha Distel dans l’album Gypsy Project And Friends.

A l’occasion de la tournée du groupe, Thomas Dutronc remplace Holzmano Lagrène comme en témoigne le DVD du Festival Jazz à Vienne. Au bout d’une année de concerts, il reprend le flambeau de guitariste-invité pour l’album French Paradox de Jacno.

En 2003, son ami d’enfance Matthieu-M-Chedid fait appel à son doigté inspiré de Reinhardt et Brassens pour le disque Qui De Nous Deux sur le morceau « La Bonne Etoile ». Il collaborera encore avec lui pour la bande originale du dessin animé Les Triplettes de Belleville et celle du film Toutes les filles sont folles de Pascale Pouzadoux, tout en effectuant les premières parties des concerts de M en 2004.

Après une série de concerts au Sunset Sunside à Paris, le guitariste forme Thomas Dutronc et les Esprits Manouches, un quartette composé de Jérome Ciosi, Bertrand Papy et Stéphane Chandelier. La formation multiplie les tournées dans toute la France dans un spectacle musical Swing mis en scène par Matthieu Chedid et Cyril Houplain. Certains musiciens prestigieux y sont invités, tels les violonistes Florin Niculescu et Pierre Blanchard, et le guitariste Ninine Garcia.

Sur le plan musical Thomas Dutronc est amené à compiler un jazz Manouche, Volume 3 en 2007 avant de sortir son premier album solo, Comme Un Manouche Sans Guitare. L’album sortira un joli tube avec le titre « J’aime plus Paris » qui passe en Radio.

En 2015, il sort un album Pop et Rock sous le titre Eternels Jusqu’à Demain.