Cet été la fondation Maeght vous entraîne dans les créations de Miro

Chaque année la fondation Maeght construite dans les années 60, accueille de nouveaux artistes cet été c’est Miro qui est mis à l’honneur

Chaque été dans les jardins ombragés et la fraîcheur de la magnifique fondation Maeght à Saint Paul de Vence, construite dans les années 60 par l’architecte José Luis Sert, c’est Miro, artiste contemporain mondialement connu qui sera à l’honneur. Et cela parait couler de source, comme les fontaines de la Fondation, puisque c’est Miro qui avait présenté à Aimé Maeght l’architecte espagnol Josep Lluis Sert qui avait réalisé les ateliers de Miro à Palma de Majorque…

Miro et la famille Maeght ne font qu’un et dans le milieu des années 60, c’est avec Adrien Maeght que Miro va intensément travailler dans l’atelier de gravure que vient de fonder ce dernier avec de nouveaux procédés de gravure qui vont inspirer l’artiste.

Parmi les 200 œuvres inédites en exposition vous verrez tous les secrets de cette fabuleuse création d’imprimerie, car rappelons-le, Aimé Maeght, le fondateur de l’empire Maeght était imprimeur à l’origine et son fils Adrien, n’a eu de cesse par la suite que d’améliorer et développer l’imprimerie au service des artistes afin que chacun, même avec le budget le plus modeste, puisse repartir avec une œuvre de Miro ou de Matisse…

En 1970, à Saint Paul, dans les ateliers de la fondation, Adrien Maeght fait construire pour Miro la plus grosse presse jamais réalisée, permettant de presser des œuvres de 2 mètres 50 sur 3 mètres.

Tellement impressionnante que Miro la surnommera Pilar, du prénom de son épouse…et comme votre serviteur à le plaisir de bien connaître Adrien Maeght, voici une anecdote sur Miro, inédite comme les œuvres présentées à partir du 29 juin et ce tout l’été à la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence.

Dans la première imprimerie Maeght Rue Daguerre à Paris, nommée ARTE, comme la chaîne télé mais avant la chaîne, Adrien Maeght avait fait aménager au deuxième étage un studio pour Miro…Et quand deux ans plus tard Monsieur Maeght est allé dans l’antre de l’artiste, il s’aperçoit soudain que l’ensemble des murs, sol et plafond étaient aspergés de coulées d’encre … Curieux il lui demande la raison et ce dernier lui dit alors :

« J’avais tellement peur de salir avec mes éclaboussures, que j’ai décidé de les faire moi-même pour être plus à l’aise ! »

Fort de cette anecdote, allez à la Fondation Maeght cet été, à Saint Paul de Vence, avant la plage, avec les enfants, visiter la fondation, les tarifs sont abordables pour tous, et c’est un moment délicieux, en famille, entre amis ou en amoureux.