CSA : Une rentrée choc qui va changer le cours de l’histoire de la radio en France

Olivier Schrameck annonce la refonte totale de la régulation audiovisuelle par le CSA

Olivier Schramek, Président du CSA, présentait mardi 11 septembre son plan en vingt points pour une refonte de la régulation audiovisuelle et ce, en présence de Nicolas Curien, Président de la Radio et des 5 autres membres du conseil :  Nathalie Sonnac,

Carole Bienaimé-Besse, Sylvie Pierre-Brossolette, Mémona Hintermann-Afféjee et Jean François Mary.

20 propositions pour actualiser, renouveler une régulation dont les textes remontent aux années 80, bien avant la révolution numérique des Telcos et des GAFAS dans un esprit de respect des éditeurs de programmes, des citoyens et du partage des données.

Parmi ces 20 propositions, l’une d’elles, capitale est la proposition numéro 6 : celle de moderniser la diffusion Hertzienne libre et gratuite pour l’auditeur : pour la télévision avec un aboutissement technologique de la TNT en ultra HD. Pour la radio un déploiement massif de la diffusion hertzienne DAB+ dans l’hexagone afin de poursuivre l’œuvre de la Bande FM désormais saturée, dans un esprit de complémentarité et du caractère indispensable pour la radio d’avoir une technologie « hertzienne » (par la voix des ondes) en mode numérique, compatible avec le numérique véhiculé par le wifi et la 4G, toujours dans un esprit de compatibilité pour augmenter les techniques de réception au profit du citoyen auditeurs, avec une valeur fondamentale : celle de préserver la gratuité de réception des programmes (FM – DAB+) et de pluralité des radios ou télévisions publiques, libres et privées face au éventuels diktacts imposés par la politique commerciale des GAFA.

En octobre-novembre nous saurons si les grandes radios privées (RTL, Europe 1, NRJ, RMC) et le service public (Radio France) suivent la proposition ultime du CSA de passage au DAB+ en couverture nationale ou passent leur tour.

Un enjeu considérable pour la radio, média préféré des Français, qui risque à terme de tomber dans l’escarcelle payante des Telco et des GAFA.